setTimeout(« _gaq.push(['_trackEvent', '20_seconds', 'read']) »,20000);

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ça va comme un lundi

    Un contrat annulé faute de moyen.

    Une proposition pour remplacer, de travailler nourri logé mais sans salaire et sans préciser si le billet d'avion est gracieusement offert. (un job-vacances? du volontariat civil? du woofing?...) (je suis si remplaçable/inutile que ça?)

    Une soeur qui envoie trois longs mails dans la journée comme si moi aussi je travaillais dans un bureau et je n'avais que ça à faire d'échanger des mails avec elle pour faire la guerre.

    J'envoie chier Chabada de façon très incohérente.

    Mon esprit est surchargé entre pensées obsessionnelles et choses à faire et gentils gens à appeler et etc...

    J'ai fait zéro trucs de ce que je voulais faire.

    A part une lessive.

    Et quand même, une inscription au cours de chant lyrique.

    Je perds un objet par jour en ce moment.

    Aujourd'hui, j'ai perdu mes clés. Mais alors aucune idée de où.

    Heureusement, j'étais chez Chabada et j'ai récupéré mon double.

    Je me demande quand ça s'arrêtera. Et comment.

    Entre sautes d'humeurs pas maîtrisables et pertes de mémoire. Je devrais peut-être demander un papier d'arrêt de travail, parce que je sens que je vais pas arriver à gérer demain. Et maintenant, c'est moins compréhensible. Moi-même je trouve ça fou d'être comme ça maintenant. Je vais juste me faire une sale réputation auprès de mes collègues. Et m'enliser un peu plus dans le chômage non indemnisé.

    D'ailleurs, je ne me suis pas maîtrisé et j'ai perdu un contrat comme ça. Récemment.

    je perds des objets et des contrats.

     

     

  • Je lis

    alors j'écris plus.

    Je n'écris plus je veux dire.

    Flemme, fatigue, vraie vie,

    voilà quoi.

  • Les petits actes irraisonnés de la vie quotidienne

    Donc, après quelques instants de tétanie devant la blatte, j'ai immédiatement envoyé un mail à l'agence de location,

    qui a transmis au syndic,

    qui a transmis à une société de désinsectisation,

    qui m'a appelée pour prendre rv.

    Vu que j'avais déjà acheté insecticides ultra puissants, pièges et autres, et que j'avais regardé sur internet et que ça semblait donc une blatte de "jardin" occasionnelle, j'étais finalement rassurée de ne plus la voir.

    Mais quand la société de désinsectisation m'a demandé à quel niveau j'en étais de l'invasion, j'ai honteusement menti en disant plusieurs #blattes.

    Donc là, il faut que je me farcisse un rangement draconien de mon studio blindé d'affaires pour accueillir le gazage à insectes, et m'organiser pour m'absenter 4 heures histoire de ne pas mourir avec les mites (oui bon parce qu'à défaut de blatte au moins ça servira pour les autres bestioles à 6 pattes...)

    J'avoue je me sens un peu excessive,

    mais ça me soulage tellement l'idée de l'intervention de men in black!